Sélectionner une page
Profitez de ce temps pour renforcer votre visibilité sur le web

Profitez de ce temps pour renforcer votre visibilité sur le web

En cette fin mars 2020, le confinement tend à s’étendre à une majorité de pays et, en France, nous sommes de plus en plus nombreux à rester enfermés pour freiner le développement du virus. L’activité économique ralenti sans que nous sachions quand et comment nous allons nous relever de cette épreuve. Les choses changent de manière irréversible même si un traitement médical venait à voir le jour dans les semaines prochaines. Cette peur virale va ralentir les mouvements tout en confortant le commerce électronique déjà en plein essor. Un monde est peut-être à réinventer mais c’était déjà le cas avant cette pandémie, face à la disparition d’un nombre considérable d’espèces animales et face au réchauffement climatique. Ce n’est pas de cela dont je vais vous parler. Je vais vous sensibiliser à une opportunité inédite.

Aujourd’hui, vous avez du temps, vous êtes limités dans vos mouvements. Aujourd’hui votre activité commerciale ne peux s’exercer normalement. Pour repartir plus fort après cette épreuve de confinement qui va perdurer un nombre de semaines indéterminé, il faut mettre à profit ce temps pour prendre de l’avance : devancer la concurrence en terme d’image ou, au minimum, rattraper votre retard si vous n’avez encore jamais pris internet au sérieux.

Vous vendez des produits ou des services et vous n’avez jamais analysé qui vous étiez sur le web, si seulement vous existiez ? Alors tapez le nom de votre entreprise sur un moteur de recherche ou le service/produit que vous proposez. Vous aurez bientôt besoin de davantage de clients qu’hier car cet arrêt momentané va coûter très cher à toutes les entreprises, quelles que soient les promesses d’aides du gouvernement français. Indépendamment de cela, les consommateurs individuels et professionnels recherchent quotidiennement sur internet les biens et services dont ils ont besoin, l’adresse d’un fournisseur ou la disponibilité d’un produit. Il est impératif qu’ils vous trouvent. De la même manière qu’il était, à une autre époque, indispensable d’être référencé dans les annuaires professionnels ; ces derniers peuvent encore exister et il ne faut pas les négliger d’ailleurs. Mais surtout, vous devez être visible sur le web !

Alors être visible sur internet ne doit ni se réduire à un réseau social (réservé à une partie seulement des internautes), ni se réduire à des avis d’utilisateurs ou d’un média indépendant. Vous devez, vous-même, présenter votre offre. Pourquoi vous ? Parce que vous être le mieux placé pour expliquer en quoi votre service ou produit se démarque des autres, vous êtes le plus crédible pour interpeler le consommateur car vous avez étudié son besoin. C’est le moment de penser ou repenser votre identité et quelle est votre cible privilégiée. Vous l’avez certainement déjà fait à la création de votre entreprise mais vous avez changé, le monde qui nous entoure aussi. Essayer de refaire l’exercice pour vous armer au mieux quand la guerre économique va reprendre. Je n’aime pas ce terme de guerre mais le consommateur ne fait pas de sentiment. Vous devez être attractif.

Vous ne savez pas comment faire ? Le web vous fait peur ? Vous n’avez pas les compétences ? Que vous ne sachiez pas concevoir et développer un site web est normal car ce n’est pas votre métier. Mai par contre, vous devez vous mettre à la place de vos clients types : devant votre ordinateur, quels mots utilisez-vous ? Que voulez-vous trouver et en combien de secondes ? Regarder la concurrence. Il faut connaître son adversaire, savoir s’enrichir des qualités des autres pour mieux présenter ce qui vous démarque. ImageSurMesure vous aide à concevoir et réaliser le site web donc vous avez besoin, à votre image, sur mesure. N’hésitez-plus, contactez-nous par e-mail ou téléphone, comme il vous plaira. A bientôt.

Partagez cet article :
Exposition avec la maison des arts

Exposition avec la maison des arts

Je vous présente ma nouvelle exposition de photographies à Malakoff. Elle s’intitule « Impressions russes » et a lieu à la médiathèque Pablo Neruda de Malakoff jusqu’au 1er mars 2020.

La salle de la médiathèque est très lumineuse, ouverte d’un côté sur la rue et de l’autre sur un patio végétalisé. C’est un lieu dédié à l’exposition, sans livre ni aucune autre sorte d’aménagement, à la différence de ma précédente exposition à la bibliothèque André Malraux où les oeuvres étaient dans l’espace de lecture, entre des étagères d’ouvrages divers. Pour aménager cette salle, j’ai eu la chance d’être accompagné par la maison des arts de Malakoff qui, après avoir eu une présentation complète de mon travail, m’a fait des propositions tant sur le choix des oeuvres que sur la manière de les présenter.

Ainsi, non seulement les murs ont permis l’accrochage de photographies, mais l’espace central assez vaste a permis de placer plusieurs tables pour présenter des tirages plus petits. Un recoin devant le patio a été aménagé avec de gros coussins et une télévision pour visualiser un diaporama de 140 photographies. Face à la porte d’entrée vitrée, le mur le plus long acceuille 6 grands formats de format 100×100 et 120×80 cm. L’espace mural lui faisant face et de longueur plus modeste est recouvert d’un patchwork de photographies de 50, 60 ou 80 cm de long. La couleur alterne avec le noir et blanc et le lac Issy-Koul prolonge le lac de Kenozero qui lui-même prolonge le lac Baïkal. Donc non seulement les formes s’assemblent mais le monde lui-même est redessiné.

Le sujet des photos présentées est la Russie et ses grands espaces ainsi que ceux du Kirghistan. Les régions russes principales sont Moscou, la Carélie, le lac Baïkal et le Kamtchatka. L’homme est présent dans les paysages mais en petit, privilégiant la sensation d’immensité et de liberté. L’approche photographique s’apparante davantage à la poésie qu’au documentaire.

Mis à part les 6 grands formats imprimés chez e-center à Malakoff, l’ensemble des autres photographies ont été imprimées à Moscou, la plupart chez Ptichkaprint. D’où le double sens du titre « impressions russes ». L’absence de verre sur les photographies accrochées évite les reflets et permet aux spectateurs de profiter d’une expérience directe.

Je suis extrêment satisfait du résultat et espère pouvoir vous rencontrer à la médiathèque de Malakoff avant le 1er mars 2020.

Partagez cet article :
La menace des réseaux sociaux pour votre business

La menace des réseaux sociaux pour votre business

Aujourd’hui où la communication ne semble se soucier que des réseaux sociaux, pourquoi y aurait-il un danger à négliger le site web classique ? Parce que d’abord, il n’est pas prudent de mettre tous ses œufs dans le même panier surtout quand le panier ne vous appartient pas. Un réseau social est un site web ou une application dont le propriétaire vous donne accès gratuitement pour fédérer une communauté. C’est astucieux car ça regroupe une masse considérable de consommateurs, même si le partage est la motivation première. Mais il s’agit surtout du business d’une entreprise indépendante qui tire des bénéfices de ce rassemblement de personnes pour vendre de l’espace publicitaire et des services associés. Rien ne garanti que cette application va perdurer, rien ne dit que cette entreprise ne va pas décider de changer les règles d’accès à son application du fait de ses résultats économiques ou de la réglementation. D’ailleurs, en permanence, sans que l’on en prenne toujours conscience, les règles de partage des informations sur les réseaux sociaux évoluent, plus ou moins insidieusement. Et quand cela ne vous convient plus, vous êtes pieds et mains liés. Et ils le savent. La concurrence des réseaux sociaux aura également, à terme, raison de chacun d’entre eux, de ceux qui n’auront pas su évoluer. Et comme personne ne lit l’avenir et que les comportements sont liés à des innovations que nous ne connaissons pas encore, il y a danger !

Pourquoi est-ce un danger pour votre business ? Parce que votre communication des derniers mois, des dernières années, va soudainement disparaître. Comment tourner le dos à tout ce travail accumulé sur ce réseau ? C’est votre histoire et bien sûr vous ne voulez pas l’abandonner. C’est l’historique de votre image. Votre entreprise qui ne communique que sur les réseaux sociaux va soudain perdre son visage. Vous n’avez aucune véritable propriété de ce que vous postez, seulement un droit de propriété très virtuel. La société propriétaire arrête son réseau, vide ses serveurs de données et vous vous retrouver nu comme un enfant qui vient de naître, sans aucun recours.

La seule attitude sensée, raisonnable et mature est d’être propriétaire physique de ses données et donc d’avoir un site web personnel. S’il est indispensable pour vous et votre communauté d’être présents sur les réseaux sociaux, nous sommes d’accord : allez-y, restez-y, tant que cela est possible et que cela vous apporte plus que ça ne vous coûte. Mais allez-y APRES avoir créé votre communication sur VOTRE site web. Les réseaux sociaux pourront disparaître ou ne plus vous convenir, votre marque aura toujours le même visage et vous pourrez rebondir immédiatement vers le nouveau et futur service qui attirera votre cible.

ImageSurMesure n’invente pas cette théorie pour vous dire de créer absolument un site web. ImaseSurMesure existe parce que nous sommes alarmés de voir tous ces acteurs économiques se placer à la merci des réseaux sociaux détenus par les acteurs les plus implacables du marché. Vous vous mettez vous-même dans la main de ses sociétés qui tirent les ficelles d’une partie de notre économie. Une chose est sûre : ils n’ont aucun attachement à vos données et à votre image. Quand ces acteurs absorberont leurs concurrents, ils arrêteront certains services si cela fait partie de leur stratégie, sans aucune sorte d’apitoiement pour les usagers que nous sommes. Constatez vous-même qu’on nous demande régulièrement de valider leurs nouvelles règles et conditions générales d’utilisation. Ne devenons pas paranoïaques mais gardons les pieds sur terre. Vous devez assurer vos arrières : posez les fondations de votre communication sur un socle dont vous êtes maître et propriétaire, votre propre site web !

N’hésitez pas à contacter ImageSurMesure pour plus d’informations ou pour créer enfin votre site !

Partagez cet article :
ImageSurMesure au Japon

ImageSurMesure au Japon

Le Japon fait rêver les jeunes par sa technologie, ses mangas, le cosplay, sa nourriture et les plus vieux comme moi, par sa culture pleine de sagesse, son amour des jardins et du zen, ses maisons en bois et en papier où l’on vit au ras du sol. Donc cette destination, certes très onéreuse, a fait l’unanimité dans la famille, ce qui n’était pas le cas pour le Kamtchatka en 2017, où je me suis rendu sans mes enfants.

Le Japon est un pays très moderne plein de contrastes. La stabilité de son économie et de sa population n’a de cesse d’être perturbée par les tsunamis et les typhons. Comme le Kamtchatka, il se situe sur une faille sismique ce qui n’ébranle en rien la détermination de son peuple, connu dans l’histoire par la bravoure de ses samouraïs, kamikazes ou sa forme de suicide spectaculaire par hara-kiri. Mais c’est aussi le plus grand pays concepteur et fabricant d’appareils photo et de robots futuristes. Il n’y a pas de place pour la demi-mesure sur cet archipel. La paix de ses campagnes et de ses rizières, contée dans son cinéma ou ses mangas, est l’envers du miroir. Et c’est cela que je suis parti découvrir, avec mes appareils photo.

Alors voici une sélection de photographies de ma vision du Japon, de ses contrastes et de tout ce qui a éveillé en moi de riches émotions : https://departpourmoscou.fr/category/japon/

Et vous en trouverez davantage sur ma page instagram : https://www.instagram.com/christophegibourg/

A bientôt

Partagez cet article :
EXPOSITION Odysées Russes

EXPOSITION Odysées Russes

Bibliothèque André Malraux
112 rue de Rennes, Paris

du 14 mai au 19 juin 2019

Photographies de Christophe Gibourg et Olivier Marchesi, deux explorateurs des contrées russes. Vernissage de l’exposition le 6 juin à 19h, en présence de l’écrivain voyageur, Cédric Gras, qui viendra raconter ses voyages et présenter son œuvre.

Pour en savoir plus, je vous renvoie sur le site de la mairie de Paris « Que faire à Paris » : quefaire.paris.fr/72461/odysees-russes

Les photographies sont exposées aux 4ème étage (livres adultes, BD) et 5ème étage (espace musique, cinéma, informatique).
Vous trouverez les photos d’Olivier Marchesi exclusivement au 4ème étage, regroupées en 2 séries accrochées chacune sur un grand mur dédié. Ces sont des photos en noir et blanc sous verre.
Les 44 photographies de Christophe Gibourg sont réparties aux 4ème et 5ème etages sur une quinzaine d’espaces muraux différents. Ces photographies sont en couleur ou en noir et blanc, la plupart sont encadrées sans verre afin d’éviter tout reflet et de permettre une immersion du spectateur dans le paysage. Il y a néanmoins 3 photos sous verre au 5ème étage (afin d’assurer la protection des tirages fineart très fragiles). Un catalogue avec des tarifs est disponible à l’accueil de chaque étage.

Entrée gratuite.

Attention aux horaires d’ouverture :
– mardi, vendredi : 13h-19h
– mercredi 10h-19h
– jeudi : 13h-17h30
– samedi 10h-18h

Partagez cet article :
Publication dans Gare de l’Est

Publication dans Gare de l’Est

Un voyage au bout du monde

C’est pour clore quatre ans de vie en Russie que nous avons organisé un voyage à l’est des pays de l’est, dans une péninsule reculée recouverte de volcans et peuplée d’ours bruns : le Kamtchatka !

Loin des technologies

Il n’était alors pas question de site Web ou de blog, ni même de réseaux sociaux. Le seul bourdonnement qui parvenait à nos oreilles n’était pas celui de pylônes électriques mais celui du vol des moustiques, très nombreux pendant l’été dans les vallées boisées striées de rivières. Heureusement, nous avions projeté de monter sur certains volcans, loin de ces tracas.

Au plus près de l’origine du monde

Biens couverts, conduits dans un véhicule tous terrains à six roues motrices et à pneus surdimensionnés, nous avons pu nous soustraire à l’obligation de circuler sur des routes carrossables. Et quand nous sommes allés marcher vers les sommets, en traversants des zones enneigées, des coulées de laves encore fumantes, des sources d’eaux chaudes, que nous apercevions l’océan Pacifique entre les sommets, et que nous découvrions les premières plantes réussissant à s’accrocher à cet univers minéral, nous avions littéralement l’impression d’être les témoins de le création de la Terre.

Voyager en Russie

C’est ensuite avec une certaine fierté que j’ai pu proposer un reportage photographique au magazine Gare de l’Est, dont une des représentante connaissait mes photographies pour les avoir vues exposées à Moscou.

Et ce Tome 8 de Gare de l’Est est exceptionnel à plus d’un titre car c’est le dernier numéro présenté sous cette forme semestrielle, de 250 pages. D’une richesse incroyable avec des reportages réalisés dans les Balkans, l’Europe orientale, la Russie, le Caucase Sud, l’Asie centrale ! Beaucoup de textes et tous magnifiquement illustrés par des photographes talentueux.

Le plus simple pour se le procurer est de contacter directement l’Harmattan, ou ImageSurMesure qui en a quelques exemplaires.

Les pages consacrées à ce reportage de Christophe Gibourg sont visibles sur :

https://departpourmoscou.fr/category/gare-de-lest/

Bon voyage !

 

Partagez cet article :